Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 21:01
Le projet de la voie ferrée Tabia-Mecheria-Béchar sur une distance de 580 km sera achevé avant la fin de l’année, a déclaré, mercredi dernier, le ministre des Transports, M. Amar Tou lors d'une visite de travail dans la  wilaya de Béchar.       
Les travaux des 62 derniers kilomètres de cette voie ferrée restent à finaliser  et un train de service (draisine) effectuera un voyage d’essai au mois de janvier  2010, de Tabia dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès à Béchar sur une distance globale de 580 km, a précisé le ministre à l'issue d'une séance de travail tenue à Oued Lakhdar, localité à la limite territoriale des wilayas de Béchar et Naâma.        
Pour le membre du gouvernement, cette réalisation constitue une très  grande étape dans la modernisation et le développement du transport ferroviaire  dans le sud du pays, appelé à se renforcer des 2014 par le lancement des travaux  du tronçon Ghardaïa-Meniaa-Timimoun, et Beni Abbas-Abdla-Béchar, au titre  des grands chantiers stratégiques du pays projetés dans le cadre du programme  du Président de la République.         
Auparavant, M. Amar Tou a visité des sites du chantier sur le tronçon  Bouaïche-Oued-Lakhdar en passant par Beni Ounif sur une distance de 85 km, ainsi  que les chantiers de la gare ferroviaire de cette ville frontalière, dont le  taux d’avancement des travaux est jugé important par les responsables du secteur  de la wilaya de Béchar.         
A Béchar, le chantier de réalisation d’une gare routière qui s’étend  sur une superficie de 15977 m2 dont 4.200 m2 bâtis, avec un bâtiment voyageurs  à deux niveaux, a été l’autre étape de la visite de travail du ministre de transport  dans la wilaya.        
Le projet, d’un coût de plus de 299 millions de dinars et  actuellement à 13%  de réalisation, a été confié à une entreprise nationale pour un délai de travaux  de 22 mois.        
Cette gare routière d'une capacité d’accueil de 300 bus/jour, soit  15.000 voyageurs/jour, disposera de 9 quais d’embarquement, 4 quais de débarquement,  15 autres de transit et 8 pour les réservations et les attentes.        
Toujours à Béchar, le ministre des Transports s’est également informé  de l’avancement des travaux de la gare de marchandise située au nord-ouest  de la ville et dont la réalisation est confiée à une entreprise étrangère.           
M. Amar Tou a, par ailleurs, procédé à l’installation du nouveau  directeur général de la nouvelle entreprise de transport urbain (ETU) de Béchar,  qui sera prochainement destinataire d’une vingtaine de bus pour assurer le transport  urbain a l’intérieur de la ville de Béchar dépourvu de ce type de prestations.       
Le ministre des Transports poursuit sa visite de travail par l'inspection  de plusieurs projets dans la wilaya limitrophe de Nâama.

Source: El Moujahid.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 21:29

La direction de l’Education de Béchar organise des journées de sensibilisation à travers les lycées sur les comportements à suivre, en cas de déclaration de la pandémie de la grippe A(H1N1) dite «porcine», et ce, avant l’arrivée de la première vague de pèlerins de retour des Lieux Saints de l’Islam.


Cette campagne de sensibilisation entre dans le cadre du plan d’action, initié par le ministère de l’Education nationale, en collaboration avec le ministère de la Santé et des Réformes hospitalières, en cas de fermeture des établissements scolaires, pour cause de pandémie de grippe A(H1N1). Selon le responsable de la cellule de communication près de la DEW de Bechar, ce plan d’action s’articule en deux phases. La première qui vise la sensibilisation en milieu scolaire, en collaboration avec les autorités sanitaires, doit toucher notamment les élèves des lycées «Commandant Ferradj» et «El-Achâri» de Béchar, celui de «Haroun Errachid» de Béchar-Djeddid, ainsi que le lycée de Kenadsa. Des médecins de l’hygiène scolaire animeront des débats sur les mesures préventives à prendre en cas de pandémie, lors de séances prévues du 30 novembre au 3 décembre 2009, et ce, bien avant le retour de la première vague de pèlerins, attendue pour le 11 décembre prochain. Des dépliants et des affiches publicitaires portant sur les comportements à suivre, en cas de propagation du virus A(H1N1), sont également distribués. La deuxième phase concerne la préparation des établissements sanitaires, pour faire face au cas où la pandémie venait à se déclarer. Il est à noter que jusqu’à ce jour, aucun cas de ce genre de grippe n’a été enregistré dans la wilaya de Béchar.


Source: M. Ahmed, La Voix de l'Oranie.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 19:05
Une phonothèque est en voie de création à la   maison de la culture de Béchar dans le but de la collecte et de l’enregistrement du  patrimoine musical et poétique de la région, a-t-on appris dimanche du responsable  de cette institution culturelle.        
 L'opération, qui s’inscrit dans le cadre des efforts pour la sauvegarde  du patrimoine culturel, vise aussi à enrichir les connaissances, la documentation  et les archives sonores sur les différentes formes d’expression artistique,  populaire et traditionnelle de la région de Béchar.         
Cette dernière compte une soixantaine d’expressions artistiques,  lyriques et chorégraphiques, a rappelé la même source.         
En plus de l’enregistrement sur support numérique de ces expressions  appelées à être diffusées et mises à la disposition des chercheurs et autres  personnes ou institutions intéressées par le patrimoine de la région, la phonothèque  aura aussi comme tache la collecte des documents et autres ouvrages ayant trait  aux différentes expressions artistiques et orales de la wilaya, poursuit le  responsable de la maison de la culture.         
Cet établissement qui passe pour être un espace de rayonnement culturel  dans la wilaya a, en plus de l’organisation annuelle d’une centaine de manifestations  culturelles et artistiques d'envergure, ouvert ses portes aux différents artistes  de la région à travers ses ateliers de peinture, de musique, de théâtre et de  danses populaires et modernes, et ce, dans la perspective d’une meilleure  prise en charge des jeunes talents, a-t-il ajouté.         
En plus de ces activités, la maison de la culture de Béchar organise  depuis quatre ans, le prix national du luth, qui regroupe annuellement des luthistes  des différentes régions du pays.
Une manifestation musicale qui mérite, a-t-il  dit, ''de par l’engouement qu’elle suscite auprès des participants et du public,  d'être promue en festival national''.

Source: El Moujahid.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 21:07
Le wali de Béchar, accompagné des autorités locales civiles et militaires, a inauguré un nouveau lycée d'une capacité de mille places pédagogiques situé dans la zone bleue de la capitale de la Saoura. L'établissement en question, qui vient renforcer les infrastructures scolaires dans ce quartier, est doté de seize classes de cours équipées de chauffage central, de climatisation et de tableaux magiques, six laboratoires, une salle de géographie, une salle pour l'informatique, trois salles polyvalentes, une salle de soins, une bibliothèque, un bloc administratif, une salle de sport, deux terrains matéco et sept logements de fonction. Il est à signaler que la wilaya de Béchar est dotée actuellement de dix-huit lycées opérationnels, dont deux ont été inaugurés au cours de cette année scolaire. 

Source: R. R., Liberté.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 12:02

Les Nuits de la Saoura pour une cure musicale au pied de la dune

En quête d’un bon plan pour finir en beauté l’année et amorcer la nouvelle avec un moral au beau fixe ? Les associations Nuits métisses et Hillal Essaoura sont là avec un programme plus qu’alléchant. Destination Beni Abbès, dans la wilaya de Béchar, pour la 5ème édition du festival les Nuits de la Saoura initiée et organisée par ces deux associations qui visent à redonner vie à cette région enchanteresse du Sud-Ouest algérien. Du 28 au 31 décembre 2009, la dune de Beni Abbès abritera une grande scène qui sera animée par une série de concerts inédits, pour le plus grand plaisir de la population et des touristes.
Plus qu’un simple festival, cet événement représente une véritable aubaine pour le tourisme sud-saharien algérien. Chaque année, le site accueille un grand nombre de visiteurs venus des quatre coins de l’Algérie et d’autre pays en quête d’évasion, de dépaysement ou de découvertes. Les Nuits de la Saoura se veulent aussi un espace de rencontres et un pont entre les cultures des deux berges de la Méditerranée.
C’est dans cette perspective que des résidences d’artistes et des ateliers de travail sont organisés, offrant ainsi à tout artiste l’occasion de se frotter à d’autres styles musicaux et de s’imprégner de la culture de l’autre.
Pour cette 5ème édition, l’ouverture du festival se fera avec un défilé du groupe Bergoug natif de Beni Abbès, suivi de la performance de la chorale d’enfants de l’association Hillal Essaoura au centre culturel de la ville. Pour la soirée, le théâtre du Mouloud accueillera les groupes Samba Dapraça Saragosa (Espagne), Les Karkabous de Ouargla et Zamar Bouali d’Adrar. Le lendemain, un second défilé sera organisé, mais cette fois au vieux ksar de Beni Abbès avec la troupe folklorique d’Aguedel (Algérie) et le baroud de Beni Abbès. Quant à la ville, elle abritera le défilé de Samba Dapraça Saragosa (Espagne).  Le soir, le rendez-vous est donné au pied de la grande dune pour deux concerts du groupe Plume (France) et Gnawa Sidi Otmane. Rappelons que les artistes des deux groupes se sont déjà rencontrés en avril 2009. Pour le 30 décembre, le tour sera celui des karkabous de Ouargala qui défileront de la ville jusqu’à la grande dune. Cette dernière s’animera avec Poum Tchack (France), Erg Swin (France-Algérie) et l’excellent groupe de gnawi Noudjoum Saoura. L’avant-dernière soirée, quant à elle, s’ouvrira avec le défilé de Gnawa Salem et de Bergoug.  Elle accueillera aussi un collectif de musiciens natifs d’Algérie, de France et de Tunisie baptisé Accords de cordes. Ce dernier se qualifie comme une création autour de la Méditerranée. Pour la clôture, la scène sera cédée au groupe Harmonica. 
En outre, cette édition des Nuits de la Saoura verra aussi la restauration d’une maison traditionnelle («la résidence d’artistes Hadj Benrahou») et plusieurs manifestations locales qui feront jonction avec le festival.
Par ailleurs, l’association Nuits métisses domiciliée à Marseille envisage d’accueillir un co-organisateur qui n’est autre que l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (ARC) et cela à partir de 2010.
Reste à souligner que, considérant l’ampleur que prend le festival, ce qu’il draine comme visiteurs et son aptitude à devenir un atout touristique, donc économique, pour la région, les autorités locales devraient penser à doter la ville abritant un tel événement depuis déjà 5 ans, d’infrastructures d’accueil nécessaires tels que les hôtels. Jusqu’à présent, Beni Abbès ne possède qu’un seul hôtel, Rym, aux capacités d’hébergement réduites.

Source: W. S., La Tribune.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 12:11
Les étudiants de l'université de Bechar suivront le match Egypte-Algérie sur des écrans géants installés au niveau des cités universitaires, affirme le recteur, M. Slimani. « C'est logique, on ne peut pas laisser nos étudiants en marge de cette grandiose fête. Nous veillons à ce qu'ils ne manquent de rien et qu'ils se sentent chez eux. Nous allons mettre à leur disposition des écrans géants pour qu'ils vivent ces moments de liesse inoubliables, à l'instar de tous nos concitoyens. Nous souhaitons une brillante victoire à notre équipe nationale au Caire ».

Source: L.M., El Watan.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 12:05

Plus de deux mille touristes, nationaux et étrangers, sont attendus à Taghit, wilaya de Bechar, pour la saison touristique et les fêtes de fin d'année dans le sud ouest du pays, a-t-on appris jeudi du président de l'Assemblée populaire communale. 
Pour cette année, les demandes de séjours formulées par des groupes et agences de voyages et de tourisme dépassent "largement" les capacité d'accueil, a indiqué le P/APC, également président de l'Office local du tourisme.  
A ces demandes s'ajoute un nombre important de familles originaires des différentes régions du nord du pays, habituées à prendre des jours de repos durant les vacances scolaires d'hiver à Taghit, a-t-il ajouté. 
Taghit, qui dispose d'un hôtel de 120 lits relevant de l'entreprise de gestion touristique de l'ouest en plus d'une vingtaine de gîtes privés situés au niveau du vieux Ksar, est confronté au problème des structures d'accueil, en raison de l'augmentation, au fil des ans, du nombre de touristes, regrette le même responsable. 
Le problème, estime-t-il, devrait en partie être solutionné avec l'ouverture du camp de jeunes de la localité de Zaouia El-Fougania d'une capacité d'accueil de 400 lits, dont 200 sous forme de camp de toile. Cette structure qui vient d'être réceptionnée, attend ses équipements pour entrer en phase d'exploitation. 
Un projet de complexe touristique de 400 lits est aussi en réalisation, ce qui permettra à l'avenir de satisfaire une part importante de la demande en séjour dans la commune. 
A Beni-Abbes, autres région très prisée par les touristes en cette saison, les responsables locaux sont optimistes quant à la prise en charge des groupes de touristes, de par l'existence d'une infrastructure hôtelière adéquate. 
La ville s'apprête à accueillir du 28 au 31 décembre prochain le 5ème festival musical "Nuits de la Saoura", initié conjointement par l'association locale El Hilal de Beni-Abbes et l'association "Nuits Metis" de la ville de Marseille (France). Des centaines de touristes nationaux et étrangers sont attendus, en plus des troupes artistiques participantes, indique t-on à l'APC de Béni-Abbes.


Source: APS/ La Tribune.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 12:07
L’attitude forestière du sud-ouest de notre pays n’est pas comme les autres régions, au vu de sa nature géologique et hydrologique. D’après les activités forestières, la Conservation forestière a joué un rôle considérable, qui est stratégique dans l’espace géographique, écologique et notamment environnemental, généralisant tout le territoire de la wilaya de Béchar. Les continents de la planète sont menacés par les inconvénients (pollution) de l’avancement scientifique, qui est devenu incontrôlable, et cela met en danger la biologie des espèces vertes, arbres sauvages, fruitiers, ainsi que les légumes, qui sont notre source de vitalité, d’une part, et l ’avancement du désert d’autre part. En outre, la CF de Béchar a élaboré une multitude de planifications pour l’adaptation des espèces d’arbres aux spécificités sahariennes et la protection qui est formelle aux espèces endémiques qui sont en voie de disparition, telle que l’acacia radiana et aussi les plantes médicinales (strate herbacée). La CF gère un patrimoine floristique et faunistique. Cela rentre dans le cadre de la prévention et la préservation. Dans le même sillage, la CF a réalisé, depuis 2004, un programme qui s’inscrit dans le cadre de la préservation, d’où «une opération de mise en défense qui a été réalisée sur 1 000 hectares (ha) au niveau de la localité de Zghamra (commune de Béni-Abbès ).

Cela a pour objectif la préservation et la multiplication de l’acacia radiana, avec la création des parcelles d’observation et d’expérimentation. Ce travail forestier contribuera aux travaux de recherche, en collaboration avec les universitaires et les instituts nationaux des recherches scientifiques. Néanmoins, cette opération ne se limite pas à ce qu’il a été cité précédemment. Cela vise encore la création d’un poste d’observation (vigie). Ajoutons la création d’autres parcelles d’expérimentation pour l’année de 2010. Concernant le programme de développement initié par la CF de Béchar en matière de lutte contre la désertification du plan quinquennal (2004-2009) : en 2004, à Zghamra, un projet de mise en défense a été réalisé, ainsi que la fixation biologique des berges sur 100 ha, pour la commune de Méridja.

En 2005, une fixation mécanique des berges de l’oued, sur 100 ha, a été réalisée. En 2006, la réalisation d’une bande verte de 200 ha a vu le jour et répartie à travers la commune de Béchar, et 12 autres ont été touchées par la même opération en oliviers. En 2007, une plantation sur 50 ha d’oliviers a été effectuée au profit des fellahs de la commune de Kerzaz. Une bande verte de 100 ha a été réalisée en oliviers dans les communes de la vallée de la Saoura. En 2008, une plantation d’oliviers a été également réalisée sur 100 ha. Cette opération a touché les communes d’Abadla, de Erg Farradj, de Tabelbala, de Louata, de Timmoudi, de Ouled Khodeir et celle de Béni-Abbès, qui sont les communes du sud de la wilaya. En 2009, un programme de 100 ha en oliviers sera lancé, durant le mois de novembre courant, dans les communes qui seront programmées. Par ailleurs, le directeur par intérim, monsieur Rabah Khadraoui, nous a précisé que tout le collectif de la Conservation des forêts de la wilaya de Béchar, qui compte un effectif de 70 éléments, oeuvre pour un seul objectif, avec tous les moyens humains et matériels, pour verdoyer le désert et lui donner son aspect forestier, conformément à nos activités, pour une splendeur forestière et sylvestre afin de préserver toutes les espèces endémiques. R.K. a encouragé les clubs verts, qui sont au nombre de cinq opérant au niveau de la ville de Béchar sous l’égide des établissements scolaires.

Source: M. Smail, La Nouvelle République.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Béchar
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 12:14
Le secteur ne manque pas de potentialités, l'électricité permanente, l'eau courante distribuée constamment, deux aéroports en service (Bechar et Beni Abbès), un réseau routier excellent qui couvre la totalité des localités, pourtant le tourisme dans la région piétine sérieusement. Cette situation d'après nos informations pourrait s'expliquer par l'insuffisance des structures d'accueil, la qualité de service fourni, la formation du personnel et les prix inabordables pratiqués dans les hôtels étatiques.

 La wilaya de Bechar compte 11 hôtels dont 3 étatiques classés 3 étoiles situés à Bechar, Beni Abbès et Taghit constitués de 518 lits, les 8 hôtels restants appartiennent au secteur privé d'une capacité de 488 lits. Ils sont soumis à un contrôle permanent, dit-on, de la part de la direction du tourisme de Bechar. S'agissant des hôtels de Beni Abbès et Taghit, ces structures rencontrent une foule de problèmes notamment de maintenance, d'équipements vétustes et de formation du personnel.

 Il faut savoir aussi que les gestionnaires ne peuvent rien décider sans l'aval préalable de Gestour. Actuellement, ce sont des associations qui investissent le terrain en réduisant le tourisme à de simples visites. Il en résulte alors que les hôtels étatiques pour ce qui les concerne ne sont plus fréquentés durant toute l'année à cause de cette situation mais également des tarifs exorbitants sachant qu'une nuitée coûte 3.000 dinars à laquelle il faut inclure le prix de la restauration. En 2009 au 2ème trimestre, 7.372 nationaux et 536 étrangers ont été hébergés dans l'ensemble des établissements hôteliers, un chiffre qui illustre bien le marasme d'un secteur qui pourrait en cas de relance offrir des possibilités pour les demandeurs d'emploi.

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 20:23
La direction de la Conservation des forêts de la wilaya de Béchar a procédé, récemment, à la plantation de 100 hectares d’olives à travers 9 communes de la Saoura. Cette opération a généré 110 postes d’emploi. Pour l’année 2009/2010, cette direction prévoit 1 100 plants de faux poivrier, 900 de casuarina, 1 500 d’acacia, 1 500 de syanophilas et 1 500 de millia. Ces plants seront produits par la pépinière de Béchar qui a une capacité de 23 000 plants et une superficie d’un hectare. Selon les responsables de cette direction, 9 communes de la wilaya ont bénéficié de la plantation d’oliviers sur une surface de 100 hectares dans le cadre du programme sectoriel 2008/2009, ce projet a généré 100 emplois dans cette région du sud du pays.

Source: R. R., Liberté.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article